Dimanche 14 juillet : 8° dimanche après la Pentecôte

Faites vous des amis avec l’argent malhonnête ! Tiré de l’évangile du jour.

Une curieuse légende, un peu sulfureuse, traverse l’histoire, celle de la pierre philosophale. Déjà avant même la venue de Jésus, on trouvait des soit-disant savants, appelés alchimistes, qui croyaient pouvoir fabriquer cette pierre philosophale capable de changer toute matière en or pur ! Inutile d’insister sur le manque de sérieux de cette démarche… En revanche, ce qui semble vain par la chimie, semble possible par la spiritualité, au dire même de Jésus ! Faites vous des amis avec l’argent malhonnête ! Nous dit-il. Incroyable ! L’argent aurait donc un étrange pouvoir ? Jésus qui nous met si souvent en garde contre ce terrible argent et son attrait destructeur sur les hommes, Lui qui déclare que les riches auront du mal à trouver le royaume de Dieu, Lui qui appelle cet argent malhonnête, nous encourage ici avec force à l’utiliser pour gagner des amis dans le Ciel et nous ouvrir les portes de son Royaume ! Plus fort que la pierre philosophale !

Je vous imagine sans peine enthousiastes derrière vos écrans après cette nouvelle ! Prêts à fouiller le fond de vos poches, à casser les tirelires et à vider les comptes en banques… Que faire avec cet argent pour mériter d’obtenir le Royaume des Cieux ? Vous pouvez, au choix, faire dire des Messes pour vous-même, et les défunts, pour vos amis et vos ennemis. Ou encore donner à l’église avec générosité comme tant de chrétiens avant vous qui voulaient que les églises soient belles et de vraies images du Ciel. Ou encore, et surtout, donner aux pauvres, puisque Jésus répète tant de fois que ce simple geste Lui plaît infiniment ! Faites ce que vous pourrez, mais n’oubliez jamais l’étrange pouvoir qui est le votre, au dire du Maître Lui-même !

Pratique : Un don

Samedi 13 juillet : De la sainte Vierge au samedi

Seigneur, notre Maître, que votre nom est admirable par toute la terre ! Tiré de la liturgie du jour.

Ils sont des millions ! Et je n’exagère pas en donnant ce chiffre, ils sont certainement des millions, ces passants qui ont été touchés par une musique sacrée jouée dans une église. Il suffit de se mettre à l’orgue quelques instants, qu’on chante avec un chœur, même amateur, pour que les passants affluent dans l’église et profitent de ce moment de beauté… Parmi ces passants, certains furent célèbres, tel Paul Claudel venant écouter le chant des vêpres à la cathédrale Notre Dame de Paris. Pendant le Magnificat, il se convertit à Dieu… Ou encore saint Augustin qui raconte avoir été bouleversé par le chant des psaumes, décidé par saint Ambroise, dans la cathédrale de Milan. Les anciens savaient le pouvoir de la musique et ils l’ont particulièrement utilisée pour apporter la foi dans les missions catholiques du monde. Les peuples d’Amérique du sud, notamment, ont passionnément aimé la musique qui leur parlait si bien des mystères surnaturels de la religion !

Mais reconnaissons qu’aujourd’hui, sur ce point, la décadence moderne s’est trop souvent incrustée dans les églises… Loin de moi de refuser toute création musicale nouvelle ! Cette création est absolument nécessaire ! Mais comment expliquer que les chefs d’œuvres des siècles passés, le grégorien, la polyphonie, les sublimes morceaux d’orgue et d’autres instruments soient presque absents des liturgies ? Et qu’il faille aller dans une salle de concert pour entendre du Bach, du Haendel ou du Couperin ? Comment expliquer les mélodies ridicules ou calquées sur le dernier succès du jour, comme si l’on n’avait pas d’autre ambition ni d’autre message que de courir après la dernière tendance à la mode pour soi-disant attirer du monde ?

Il y a ici tout un enjeu d’avenir dont nous devons tous être conscient ! Connaissons nous notre patrimoine musical ? Avons nous le souci de la beauté musicale de nos assemblées ?

Pratique : écouter un morceau de grande musique sacrée

Vendredi 12 juillet : Saint Jean Gualbert

Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin que vous deveniez enfants de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et descendre la pluie sur les justes et sur les injustes. Tiré de la liturgie du jour.

Jean Gualbert naquit près de Florence vers l’an 995. Il devait devenir militaire quand un de ses parents tua son frère unique Hugues. Peu après, un Vendredi-Saint, Jean avec sa troupe de soldats trouva le meurtrier, et celui-ci se jeta à terre les bras en croix. Troublé, Jean lui pardonna et entré dans une église pour prier, il vit le crucifix incliner trois fois la tête dans sa direction. Cet épisode acheva de le convaincre de donner sa vie au Seigneur dans un monastère. Après quelques années de vie religieuse, il fonda lui-même l’ordre de Vallombreuse, une branche des moines bénédictins. Il participa fortement à la réforme de l’église du 11° siècle, empestée par le fléau de la simonie (achat des ministères ecclésiastiques). Il mourut au monastère de Passignano près de Florence, le 12 juillet 1073.

Saint Jérôme, que nous lisons au bréviaire en ce jour, a de fortes phrases sur le pardon : … On peut alléguer une excuse et dire que l’on n’est pas en état de jeûner, de garder la virginité, de distribuer ses biens aux pauvres. Mais quand il s’agit d’aimer ses ennemis, on ne peut fournir de pareilles excuses ; vous ne pouvez pas dire : je ne puis pas aimer mon ennemi ! Alors ne tardons pas d’obéir à la demande du Seigneur sur ce point…

Pratique : Donnons aujourd’hui vraiment notre pardon à ceux qui nous ont offensés.

Jeudi 11 juillet : De la férie

Applaudissez, Nations, célébrez Dieu par des cris d’allégresse ! Tiré de la liturgie du jour.

Cela crève les yeux ! Même des gens qui n’écouteraient pas l’enseignement d’un prêtre, qui ne participent à presque aucune cérémonie religieuse, et qui seraient révoltés contre l’Église catholique, rentrent tout de même parfois dans les églises… Ce n’est pas pour des simples raisons culturelles qu’ils agissent ainsi, mais parce qu’une église c’est beau ! La beauté nous transforme, nous fait accomplir un voyage vers un monde idéal et éveille le meilleur de nous-mêmes. On touche ici au mystère de l’homme. Il est en attente d’un bonheur infini et la beauté répond en partie à sa quête intime inscrite au plus profond de lui-même. Et plus que tout autre art, l’art chrétien fascinera les hommes, car il nous parle du Ciel, du Royaume que Jésus est venu nous ouvrir.

Prenez l’exemple de l’image de Jésus en Croix, un crucifix, deuxième sujet d’art chrétien le plus représenté. En soi un homme mort sur une poutre de bois, c’est une image horrible et violente qu’on devrait interdire aux enfants et personnes sensibles. Mais les artistes ont représenté ce supplice avec une certaine douceur et profondeur, faisant comprendre tout le mystère d’un Dieu qui donne sa vie pour les hommes. Alors il ne provoque aucune répulsion, mais même une certaine fascination. Et si le vrai amour, celui que nous attendons tous, se trouvait là ?

Pratique : méditons quelques instant devant un Crucifix

Mercredi 10 juillet : Sept frères martyrs et saints Rufine et Seconde

Ses fils se sont levés, et l’ont proclamée bienheureuse ! Tiré de la liturgie du jour.

C’est bien neuf saints que nous fêtons aujourd’hui : Tout d’abord sept frères martyrs de la persécution de Marc Aurèle, vers l’an 162, à Rome. Le préfet usa de tous les stratagèmes possible pour les amener à sacrifier aux dieux, mais ils demeurèrent fermes, aidés par les exhortations de leur mère. Ils furent martyrisés les uns après les autres, pour essayer de fléchir leur constance, mais ils restèrent toujours fermes dans la foi. Quatre mois après c’est leur mère, sainte Félicité qui subissait le même martyr. Le bréviaire de ce jour nous donne une admirable homélie de saint Grégoire le grand dans la basilique sainte Félicité, le jour de sa fête. Ensuite nous fêtons encore deux martyrs qui étaient sœurs de sang : Sainte Rufine et sainte Seconde. Ces vierges romaines vécurent un siècle après les précédents et refusèrent le mariage car elles avaient voué leur virginité à Jésus-Christ. Rufine fut le première a être battue de verges, mais seconde récrimina que l’honneur du martyre lui revenait aussi. Les deux furent alors décapitées.

On appelait autrefois ce jour un jour de martyrs, car ils furent nombreux a donner aujourd’hui leur vie pour Jésus. Parmi eux, c’est la force de sainte Félicité offrant tous ces enfants qui a le plus marqué le rédacteur de la Messe. Prions que ce témoignage des anciens temps apporte un peu de courage à notre époque si tiède dans la foi…

Pratique : Faisons un sacrifice pour notre pays et nos familles

Mardi 9 juillet : De la férie

Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui craindrais-je ?Tiré de la liturgie du jour

Il y a bien des choses qu’on ne choisit pas dans la vie. On ne choisit pas la météo du jour, ni le comportement des autres, ni l’évolution du monde qui nous entoure. En revanche on choisit de se lever ou non avec courage, de sourire aux autres, et ce qu’on va faire de sa journée, voir et faire de belles choses ou pas… Pour ces vacances qui commencent, je vous propose de choisir la beauté et j’aimerais profiter des jours de férie disponibles pour vous parler un peu d’art chrétien, merveille trop ignorée de nos jours !

Depuis les origines, les hommes ont découvert qu’ils pouvaient représenter la vie, la nature et la beauté. Depuis les antiques fresques néolithiques jusqu’aux musées d’art contemporains, l’art et la beauté fascinent les hommes et nourrit leur âme. Mais savez vous que la chrétienté a produit, largement plus que toute autre civilisation de la terre, des merveilles de beauté qui sont souvent à portée de visite ? Faire le choix de la beauté, c’est, bien entendu, profiter des merveilleux paysages que nous offre la nature, c’est profiter de la joie des rencontres familiales et amicales si précieuses dans chaque existence, mais c’est aussi aller à la rencontre des trésors d’art chrétien dont la beauté est si émouvante. Et pourquoi particulièrement émouvante ? Parce que l’art chrétien parle des choses les plus profondes de la vie : Dieu, la beauté et la laideur dans ce monde, le salut apporté du Ciel et la promesse de la transfiguration de tous ceux qui le veulent… Vaste programme !

Pratique : Planifier des visites d’art chrétien

Lundi 8 juillet : Sainte Elisabeth du Portugal

Dieu très clément, parmi tant d’autres qualités éminentes, vous avez donné à la bienheureuse reine Élisabeth la vertu d’apaiser les fureurs de la guerre : accordez-nous, par son intercession, qu’après avoir, pendant cette vie mortelle, joui de la paix, que nous vous demandons humblement, nous parvenions aux joies éternelles. Tiré de la liturgie du jour.

La sainte Reine ! Tel fut le surnom que la piété populaire donna à sainte Élisabeth. Elle naquit en 1271 dans l’illustre famille royale d’Aragon. Sa naissance fut l’occasion d’un si grande joie qu’elle fit se réconcilier son père et son grand-père, fâchés jusque-là. Éduquée dans la piété elle se fit remarquée très tôt par la perfection de sa vie, ce qui, en cette époque où l’on recherchait la sainteté, la rendit attrayante à une grand nombre de prétendants. Elle épousa finalement le roi Denys du Portugal, et se révéla non seulement une bonne épouse et une mère fidèle, mais aussi une vraie mère pour tout le peuple. Elle jeûnait la moitié de l’année et aimait par dessus tout s’occuper des pauvres. Le Seigneur manifesta le plaisir que lui causait cette conduite charitable en changeant les pièces qu’elle portait aux pauvres en belles roses, en plein hiver ! Sa grande sainteté lui faisait facilement obtenir la paix entre ceux qui étaient dans la discorde. A la mort du roi Denys, elle prit immédiatement l’habit des Clarisses et, ainsi habillée, assista aux funérailles de son mari, puis se retira au couvent des clarisses de Coimbra, où elle mourut le 4 juillet 1336.

Le don de mettre la paix autour de soi, ne vient pas comme cela ! C’est un fruit du Ciel pour ceux qui essayent d’aimer et de servir Dieu de tout leur cœur… Si nous voulons la paix dans notre famille, à nous de la construire et la gagner avec générosité !

Pratique : veiller à garder la paix

Dimanche 7 juillet : 7° dimanche après la Pentecôte

Gardez-vous des faux prophètes ! Tiré de l’évangile du jour

A écouter le monde médiatique d’aujourd’hui, on s’aperçois qu’une nouvelle race d’homme très dangereuse est apparue sur la terre, les complotistes ! Pensez donc ! Ces mauvais français qui imaginent que les responsables politiques d’aujourd’hui pourraient les manipuler et leur mentir. Qu’ils pourraient aussi agir parfois avec des arrières pensées politiques, et même en vue d’un intérêt personnel ! Incroyable de constater cela au 21° siècle ! Et pourtant Jésus semble bien de ce camp quand il déclare tranquillement dans l’Evangile à ses disciples, Gardez vous ! Ce même Jésus qui nous encourage si souvent à avoir confiance en Dieu et sa Providence, nous demande clairement de nous méfier des hommes. Et on doit bien se garder de tous, puisqu’on doit même soupçonner les moins douteux d’apparence, ceux qui se présentent au nom de Dieu, Gardez-vous des faux prophètes! Jésus serait-il complotiste ?

La vérité est que Jésus sait ce qu’il y a dans l’homme. De belles choses y existent, mais aussi des misères, et la capacité à magouiller et tricher quand son intérêt est en jeu… Qui ne constate en lui-même cette triste tendance ? Même les saints savaient cela et on raconte que saint Philippe Néri, quand il quittait sa maison le matin disait à Jésus, en boutade, Seigneur, méfiez-vous de Philippe, ce soir il pourrait être devenu musulman ! L’évangile d’aujourd’hui est donc une terrible leçon de réalisme et d’exigence. Ayez confiance en Dieu, mais pas trop dans les hommes ! Et ne faites jamais l’impasse du discernement dans les choix de votre vie !

Pratique : Prions le Seigneur de nous donner la prudence

Samedi 6 juillet : De la sainte Vierge au samedi mémoire de Ste Maria Goretti

Je veux qu’il vienne lui aussi avec moi au Paradis ! Dernières paroles de sainte Maria Goretti pour son aggresseur.

Sainte Maria Goretti est une extraordinaire icone de la pureté et de la charité catholique. Elle naquit le 16 octobre 1890, à Corinaldo en Italie, dans une famille pauvre et très pieuse, et eut la tristesse de perdre son père à l’âge de 10 ans. Très pieuse elle-même et très dévouée, elle faisait l’admiration de tout le village qui se cotisera pour lui offrir sa robe de première communion qu’elle fera à 12 ans. Mais dans la famille voisine, il y a Alessandro Serenelli, garçon de 20 ans, porté à l’impureté et qui nourrit de mauvaises pensée à son égard… Maria n’ose pas parler des avances qu’il lui fait, évite de se trouver seule avec lui et se réfugie dans la prière. Mais le 5 juillet 1902 Alessandro l’entraine dans une pièce pour la violenter. Alessandro, Dieu ne veut pas ces choses là ! Si tu fais cela tu iras en enfer ! Lui dit-elle. Furieux de la voir résister, Alessandro la poignarde avec un poinçon. Transportée à l’hôpital, elle y décèdera le lendemain après avoir communié. Au prêtre qui lui demande si elle pardonne, elle répond ces paroles magnifiques, parmi les plus belles jamais prononcées par un saint : Oui, pour l’amour de Jésus, je pardonne. Je veux qu’il vienne lui aussi avec moi au Paradis. Que Dieu lui pardonne, car moi, je lui ai déjà pardonné ! Sa prière fut exaucée, Alessandro, condamné à trente ans de prison, se convertit suite à une apparition de Maria Goretti. Il demanda pardon pour le mal qu’il avait commis, vécut le reste de sa vie dans la pénitence comme serviteur dans un couvent, assista à la Messe de béatification de Maria, et mourut en 1970.

Quelle merveille que cette immense charité qui brûlait dans le cœur de sainte Maria Goretti ! Je veux qu’il vienne lui aussi avec moi au Paradis ! Devant un tel exemple, on ne peut que se taire et admirer la puissance de l’amour, venu du Ciel et vainqueur de tout mal !

Pratique : Veillons à la pureté dans toute notre vie

Vendredi 5 juillet : Saint Antoine Marie Zaccaria

Ma parole et ma prédication ne consistent pas dans les discours persuasifs de la sagesse humaine, mais dans la manifestation de l’esprit et de sa puissance. Tiré de la liturgie du jour.

Antoine Marie Zaccaria naquit à Crémone dans le milanais au début du 16° siècle. Il manifesta une grande piété dés l’enfance, n’hésitant pas à secourir les pauvres. Comme il étudiait pour devenir médecin, le Seigneur manifesta qu’il l’avait choisi pour être médecin des âmes, à son service. Devenu prêtre il se consacra aux délaissés, et à tous ceux qui désertaient la religion. Sa bonté exceptionnelle le fit surnommer le père et l’ange de sa ville natale. Bientôt il réunit quelques disciples pour fonder la congrégation des clercs réguliers de saint Paul, appelés aussi Barnabites. Sa congrégation, remplie de l’esprit missionnaire comme saint Paul, eut des fruits magnifique en prêchant la Croix du Seigneur et la dévotion à l’Eucharistie (la dévotion des quarante heures d’adoration avant le carême vient d’eux). Il mourut en 1539, ayant superbement travaillé pour le Seigneur, âgé de 36 ans seulement !

Saint Antoine Marie Zaccaria fut un des ces nombreux saint qui enflammèrent la dévotion des fidèles et produisirent un grand renouveau de l’Eglise en Italie au 16° siècle. Pourquoi n’en serait-il pas de même dans notre monde d’aujourd’hui ? Si le Seigneur nous trouvait avec un vrai amour des pauvres, avec la dévotion à la Croix de Jésus et l’esprit de sacrifice, aiment immensément Jésus dans l’Eucharistie, je crois que nous verrions encore de ces miracles…

pratique : la bonté pour ceux que nous croiserons